Ouvrages à découvrir et/ou à partager. 

Avertissement : Les orientations politiques ou les prises de position des auteurs que nous citons, les opinions qu'ils expriment, n'engagent qu'eux-mêmes. Notre unique but, en présentant leurs écrits, est d'inviter les membres des "Commissions des Lois Citoyennes" à mieux appréhender, l'action politique dans toutes ses dimensions, l'économie, l'écologie et d'autres grands thèmes sociétaux. Une des idées motrices est aussi d'essayer de découvrir ce que les gouvernants et les financiers nous cachent, ou encore ce que les obligations et les circonstances de la vie ne nous ont pas permis d'étudier, d'apprendre ou de discerner.

Si vous avez lu un (ou plusieurs !) livre qui vous parait correspondre à cette définition et si vous pensez qu'il pourrait se révéler utile à d'autres membres, n'hésitez pas à nous en faire part à : cdesloiscitoyennes@protonmail.com 

Après l'avoir lu, si nous partageons votre avis, nous l'intégrerons dans la liste ci-dessous.  

- Le président des ultra-riches (Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot)Il s'agit bien évidemment d'Emmanuel Macron. L'ouvrage est tout à la fois déroutant et éclairant, il fourmille de détails sur les pratiques, les us et les coutumes de l'oligarchie. Si l'on découvre le sujet, on tombe des nues, partagé(e) entre effarement et incrédulité. Indispensable pour aider à mieux comprendre le monde de ceux qui nous gouvernent politiquement et financièrement. Les mêmes auteurs (chercheurs au CNRS) ont écrit nombre d'ouvrages sur les riches et la violence inhérente à leurs comportements. Très utile pour participer à l'éveil ou au réveil  politique !

- Là où est l'argent (Maxime Renahy). Ce livre pour le moins décapant révèle des pratiques stupéfiantes. Outre son aspect extrêmement dérangeant pour le lecteur qui donne sens au mot "éthique", on peut rajouter que cet ouvrage est délicieusement pédagogique et un brin romanesque notamment dans la première partie. Ensuite, on rentre "dans le dur" avec force détails sur des montages financiers complexes et des révélations à l'appui. Maxime Renahy utilise souvent le présent dans un style tantôt très direct tantôt très bien imagé qui donne à percevoir une forme de violence ne disant pas son nom mais pouvant se révéler terriblement difficile à supporter, celle des milieux fortunés, des entreprises multinationales comme des archi-millionnaires ou des milliardaires qui utilisent des cabinets d'avocats fiscalistes spécialisés dans l'optimisation fiscale. Le plus terrible de l'histoire semble être le fait qu'ils ne sont pas forcément "hors la loi". Pour ceux qui ont connu ou connaissent les pressions et les façons d'agir de ces milieux opaques, carnassiers et totalement déshumanisés, ces pages raviveront sûrement de mauvais souvenirs. Quant à ceux qui les découvrent, leurs yeux vont s'écarquiller avant que leur rythme cardiaque n'augmente soudainement ! On baigne dans les milieux fermés (parfois animés, parfois déprimés !) des milieux très riches, des banquiers et avocats d'affaires, dans celui des terribles injustices fiscales ou des milliards sont détournés et/ou échappent à l'impôt. La façon dont l'auteur décrit l'ambiance tant dans le business que dans les "loisirs" de l'île Jersey parait savoureusement authentique, de même plus loin dans l'ouvrage, pour le climat des affaires qui semble régner au Luxembourg.  On découvre aussi une partie de la méthodologie de la DGSE (le renseignement extérieur français) en termes de précautions, d'actions et parfois de la non exploitation de ses informations par l'Etat. Concernant le fond du sujet, passés la surprise, la stupéfaction et puis peut être le dégoût des révélations, ces pages devraient donner à beaucoup l'envie d'agir ou de réagir.

- J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu (Philippe de Villiers). Que l'on apprécie ou pas la ligne politique et les prises de position de l'auteur, ce livre peut être lu comme un roman tout en considérant qu'en fait, Philippe de Villiers a fait (avec pas mal de collaborateurs) un travail de recherche assez poussé. En suivant un conseil de Maurice Couve de Murville, plus de trente ans après leur conversation, il nous plonge dans un univers politico-stratégico-financier pour le moins inattendu où les Etats-Unis prennent une place prépondérante dans la création de l'Union Européenne. L'ouvrage est truffé d'informations édifiantes et de fac-similés d'archives déclassifiées. Tout ceci est à confronter à ce que l'on apprend dans le milieu scolaire et universitaire ou dans la bouche de la plupart des éditorialistes, journalistes, politiques, historiens, sur les "Pères fondateurs" que sont Jean Monnet et Robert Schuman, ainsi que sur le premier Président de la Commission Européenne, Walter Hallstein.    

- L'économie pour les nuls (Michel Musolino). Il ne faut absolument pas se fier au titre de cet ouvrage, très riche en informations diverses, aussi utiles que pertinentes. Dans un contexte de mondialisation où l'économie et la finance règlent les horloges, il peut se révéler judicieux de le lire, de le relire ou encore de le consulter régulièrement. Entre le rappel de grands principes économiques, parfois simples à assimiler ou plus complexes, des points d'histoire évoquant des politiques monétaires ou des grands théoriciens de l'économie, des cas d'entreprises, des définitions finement illustrées par l'exemple, des croquis très bien réalisés et une multitude d'autres éclairages, on y trouve son compte. L'auteur qui enseigne l'économie en classes prépa et en école de commerce égaye souvent "sa fourmilière" de jeu de mots qu'il semble affectionner, un peu de divertissement ne nuit pas, bien au contraire. Côté pratique, un index et un glossaire très bien conçus, permettent de faire aisément une recherche particulière ou de balayer plus largement un sujet.   

- Zéro de conduite (Michel Onfray). Cet ouvrage ne plaira pas aux militants, quasiment tout le monde en prend pour son grade, de l'extrême gauche à l'extrême droite en passant par tout ceux qui figurent dans l'intervalle. La plume est très acérée comme d'habitude, l'humour est tranchant, froid, même glacial. On rit, on exulte, on peste parfois, on est déçu, incrédule. Les aventures, il n'y a pas d'autre mot, de nos politiques s'échelonnent du dimanche 7 mai 2017 au dimanche 11 mars 2018, si certaines situations sont anecdotiques et coutumières dans ce milieu, d'autres plus inquiétantes, font froid dans le dos. On prend la mesure, si besoin en était, de la nécessité absolue de changer les mentalités, les pratiques et le fonctionnement politique de notre pays. Le rapport aux citoyens est totalement faussé, l'esclave se nomme désormais "contribuable" ou "citoyen" (ces aphorismes sont plutôt bien décrits dans le livre !). La phrase qui conclut l'ouvrage nous plait bien : "Tout n'est donc pas perdu ..."  

- Peuple, Pouvoir & Profits (Joseph E. Stiglitz). Nobel d'économie, Joseph Stiglitz ne se limite pas à parler économie dans ce livre publié en 2019, tant s'en faut, on y trouve beaucoup de sociologie et du militantisme politique vers plus de justice fiscale et sociale et c'est, entre autres, ce qui nous incite à l'évoquer ici. L'auteur aborde beaucoup la situation des USA, les mesures prises par les gouvernements Clinton, Bush, Obama, Trump et leurs conséquences. On y découvre (ou cela confirme ?) que la richesse "apparente" de la 1ère puissance économique mondiale cache beaucoup d'inégalités, de souffrances, d'injustices. Le modèle américain est décortiqué, quasiment toutes ses institutions sont passées au crible, le nombre de références y est innombrable, presque fastidieux parfois mais c'est pour la bonne cause et cela est en phase avec l'honnêteté intellectuelle de l'auteur. Des sujets aussi divers que la transition écologique, la financiarisation, les relations intergénérationnelles, la mondialisation et ses multiples dégâts collatéraux sont évoqués. Le constat pourrait être que l'échec du néolibéralisme est patent et qu'il va falloir inventer autre chose. Cette nouvelle organisation sociétale, politique et financière ne sera pas forcément la même aux USA, en Europe, en Asie ou en Afrique. 

Inscription aux Commissions
des Lois Citoyennes
avant de vous inscrire veuillez prendre connaissance du : 
  • w-facebook
  • Twitter Clean